RDC-KINSHASA : Quid d’un climat de travail délétère à la présidence de la République

Il ne se passe plus un jour sans qu’un nouveau fait soit rapporté concernant la présidence de la République. Outre les morts dont la liste se rallonge parmi les proches et les présumés détournements des deniers publics par des fonctionnaires, c’est autour de « l’ambiance de la Cour » entre conseillers qui fait jaser. Et ce, au point d’influer sur la qualité de travail et les résultats attendus ; l’honneur en pâtissant de plus.

Preuve cette lettre d’accusée de réception signée de la main du Conseiller Spécial en matière de sécurité François Beya Kasonga adressée au Coordonnateur de l’administration présidentielle.

En des termes plus que clairs il écrit : « Votre lettre ci-haut référenciée a attiré mon attention et je soutiens votre démarche de réconcilier ces deux proches collaborateurs du président de la République, chef de l’Etat pour la sauvegarde de l’honneur et de la bonne ambiance au sein de son Cabinet ».

Des sources d’AFRIWAVE.COM, il serait état d’une ambiance de travail délétère faite de rivalité exacerbée entre un membre du secrétariat particulier du président de la République, en l’occurrence Sylvain Kabongo Mukengeshayi et l’assistante du même président Fanny Bomandeke.

Le recadrage et la mise en garde cinglants du jeudi 25 juillet 2019 semblent lointain que les mauvais comportements sont revenus au galop.

L’insatisfaction du président de la République face à la trop grande « légèreté » dans le travail selon ses propres dires, le fait d’être « plus concentrés sur le business que sur la politique » sont à l’ordre du jour avec les procès pour corruption et détournements des deniers publics impliquant des proches jusqu’au Directeur de Cabinet Vital Kamerhe.

A côté de ces habitudes, il faut souligner toute une série des « cafouillages, gaffes et autres négligences » inacceptables dans les chefs de ceux qui sont sensés défendre l’image de l’institution président de la République et son chef en personne, Félix Tshisekedi.

Car selon des sources, outre les « luttes internes » de positionnement des membres des partis politiques de la coalition Cap pour le Changement (CACH) issus de l’UDPS, le parti de Félix Tshisekedi et l’UNC, celui de Kamerhe au sein du Cabinet qui se regardent en chien de faïence. Ce qui traduit l’impression que depuis un an et demie, la kyrielle des conseillers recrutés balbutient ; un signe qu’ils n’étaient peut-être pas préparés d’assumer une telle tâche.

Il serait grand temps que le président Félix Tshisekedi rappelle tout le monde à l’ordre afin que les choses changent. Et pourquoi pas mettre un coup de balai en se séparant des « brebis galeux » afin que l’excellence triomphe pour le bien de la République.

EnglishFrenchPortugueseSpanishSwahili
error

UCV - Abonner & Liker