Macron perd la majorité parlementaire alors que 10 députés quittent son parti pour des promesses non tenues

Le parti d’Emmanuel Macron, La République En Marche (LREM), a perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale française. 10 députés ont déserté le parti de M. Macron et ont plutôt rejoint le groupe indépendant Ecology Democracy Solidarity. Les députés qui ont démissionné de son parti, que M. Macron a formé en 2016, ont accusé le président français d’avoir rompu ses promesses centristes et soutiennent que M. Macron dirige un gouvernement conservateur.

La perte des 10 députés signifie que M. Macron a perdu sa majorité à l’Assemblée nationale, qu’il détient depuis 2017.

De 295 membres, le groupe LREM descend à 285, soit quatre de moins que la majorité absolue, fixé à 289 sièges.

Les ministres ont dénoncé les transfuges et disent qu’ils défient les appels de M. Macron à l’unité nationale pendant la crise sanitaire des coronavirus.

Bruno Le Maire, le ministre des Finances, a déclaré: “Je regrette que certaines personnes veuillent rouvrir les clivages gauche-droite que nous et les Français voulions mettre de côté en 2017”.

La défection est un autre coup dur pour la présidence de M. Macron, qui a été entachée par des grèves et des manifestations des manifestants du gilet jaune.

Au début de l’année, des milliers de personnes ont protesté contre la refonte par le président du système national de retraite.

Ces propositions ont déclenché une vague de grèves et de manifestations à travers la France pendant plusieurs semaines.

Mais la crise sanitaire a conduit M. Macron à suspendre les mesures, tandis que son gouvernement s’est concentré sur la lutte contre le virus mortel.

Ses notes d’approbation actuelles sont assez lamentables, avec seulement 35% approuvant la performance du gouvernement dans la gestion de l’épidémie de coronavirus, qui a tué plus de 28 000 personnes.

Suite à la décision de son gouvernement de faciliter le verrouillage, une série de manifestations de rue a éclaté.

Le 12 mai, environ 250 personnes ont manifesté contre la brutalité policière en France, le premier jour où le pays a assoupli ses mesures de verrouillage

Les manifestations ont eu lieu autour de la commune d’Ile-Saint-Denis, dans le quartier Seine-Saint-Denis, au nord-est de Paris.

Le samedi 23 mai, le mouvement des gilets jaunes a également refait surface dans plusieurs villes, dont Paris, Bordeaux, Montpellier et Lyon.

Les manifestations ont défié les règles de distanciation sociale, qui ont interdit les rassemblements de plus de 10 personnes dans les lieux publics.

En conséquence, la police a dispersé des rassemblements et des groupes de manifestants.

EnglishFrenchPortugueseSpanishSwahili
error

UCV - Abonner & Liker