Le Conseil d’État dit non au dépistage de masse et au port de masques obligatoires dans les maisons de retraite

Dans son ordonnance rendue publique le 15 avril, le Conseil d’État a rejeté la demande de plusieurs syndicats de prendre davantage de mesures sanitaires pour protéger le personnel et les résidents des maisons de repos. Plus tôt cette semaine, plusieurs syndicats, dont Force Ouvrière et la CGT, ont demandé au Conseil d’État d’ordonner au gouvernement de prendre davantage de mesures concernant le filtrage systématique et régulier du personnel et des résidents des maisons de repos. Leur demande n’a pas pu être satisfaite. “Au vu des moyens dont dispose l’Etat et des mesures qu’il a déjà prises, le juge n’a relevé aucune lacune portant gravement et manifestement illégalement atteinte à une liberté fondamentale justifiant d’ordonner les mesures demandées par les syndicats”, a justifié la Haute Cour. , dans une ordonnance publiée le 15 avril. «Malheureusement, nous ne sommes pas plus surpris que cela. Au vu des autres décisions rendues, on peut voir qu’il [le Conseil d’État] estime toujours que l’État ne peut pas faire plus “, a déploré le Parisien Franck Houlgatte, secrétaire général de l’Union nationale des syndicats, agent de santé privé. Presque tous les Ehpad affectés par le coronavirus Le 6 avril, le ministre de la Santé Olivier Véran s’était néanmoins engagé à dépister l’ensemble des salariés et résidents de chaque maison de retraite en France, alors que nombre d’entre eux subissent de plein fouet l’épidémie, avec une mortalité supérieure à la moyenne. En Île-de-France, “une grande majorité d’Ehpad a aujourd’hui au moins un cas déclaré de Covid-19”, a indiqué à l’AFP un porte-parole de l’ARS.

Selon le rapport du 16 avril, plus de 6 500 personnes sont mortes du seul coronavirus dans les maisons de retraite et autres établissements médico-sociaux. Commandes de test et de masquage Mercredi 15 avril, «nous avons testé 1 000 personnes, aujourd’hui nous en testons 1 000 autres. En trois semaines, l’objectif est de faire tester tout le monde », a assuré le représentant ARS. Le 11 avril, la capacité de dépistage s’élevait à 21 000 tests par jour, avec l’objectif que ce chiffre dépasse 40 000 avant la fin du mois grâce aux nouvelles commandes. Concernant les masques, le Conseil d’État a rappelé que le gouvernement avait ordonné deux milliards le 10 avril et que le personnel infirmier d’Ehpad figurait parmi les professions prioritaires. Près de 50 millions d’exemplaires ont déjà été envoyés sur le territoire. Le tribunal considère donc que les autorités ont pris des mesures suffisantes.

EnglishFrenchPortugueseSpanishSwahili
error

UCV - Abonner & Liker