Les restrictions imposées aux ressortissants africains à Canton en cette période de pandémie vont être progressivement assouplies

Les restrictions imposées aux ressortissants africains à Canton en cette période de pandémie vont être progressivement assouplies. C’est ce qu’annoncent les autorités chinoises à la suite de la rencontre, lundi 13 avril, entre un ministre adjoint des Affaires étrangères à Pékin et une vingtaine d’ambassadeurs des pays africains.

L’image de ces hommes d’affaires contraints à dormir sur les trottoirs de la capitale de la province du Guangdong, après avoir été chassés de leurs hôtels ces derniers jours, a provoqué une véritable crise diplomatique entre la Chine et le continent africain. Aujourd’hui, visiblement Pékin cherche à corriger le tir.

La vidéo diffusée sur les réseaux sociaux a, en effet, ravivé les braises de la colère des Africains de Canton. Voilà une semaine que la communauté dénonçait des mesures stigmatisantes, pour ne pas dire discriminantes, à son encontre.

Sous couvert de prévention d’une seconde épidémie de coronavirus en Chine via des cas de contaminations importées de l’étranger, des propriétaires ont chassé les Africains de leurs logements, les voyageurs de leurs hôtels. Jusqu’à présent, les autorités locales faisaient la sourde oreille, prétextant que la campagne de mise en quarantaine et de tests de dépistage de la pneumonie virale s’adressait à l’ensemble des populations sans exception.

EnglishFrenchPortugueseSpanishSwahili
error

UCV - Abonner & Liker