De nouvelles scènes de violences ont eu lieu, lundi, sur la nationale 1 au niveau de la nationalité de Kisantu. Des affrontements imputés à la secte Bundu dia Kongo. Le bilan fait état de quatre morts.

De nouvelles scènes de violences ont eu lieu, lundi, sur la nationale 1 au niveau de la nationalité de Kisantu. Des affrontements imputés à la secte Bundu dia Kongo. Le bilan fait état de quatre morts.

Ce lundi matin, au niveau de Kisantu, quelques centaines d’adeptes de la secte Bundu dia Kongo ont fait irruption sur la chaussée armés de calibres 12, des machettes et autres armes blanches. Les fidèles de Ne Mwanda Nsemi, le leader du mouvement religieux, ont ensuite érigé des barricades.

Des témoins auraient vu des adeptes qui encadraient des manifestants qui entonnaient des slogans xénophobes, exigeant le départ des non originaires de la province du Kongo central. La police est intervenue. Le bilan fait état de quatre morts, deux de chaque côté. Les manifestants ont pris alors le large en direction de Madimba.

Pendant ce temps, dans la capitale, de nombreux autres adeptes de la secte ont été empêchés par la police de se rassembler à Ma Campagne, dans le quartier de résidence de Ne Mwanda Nsemi. Dans la province d’origine de Ne Mwanda Nsemi, le Kongo central, ils sont nombreux ceux qui, comme le secrétaire général de l’Abako (Alliance des bâtisseurs du Kongo), Jean Kiyinua Mpembele, désapprouvent le discours séparatiste de celui qui dit être nanti d’une mission prophétique pour sauver les siens.

EnglishFrenchPortugueseSpanishSwahili
error

UCV - Abonner & Liker